Err

Votre panier : 0,00 EUR
Isabelle ROCHEDREUX
  Allergie/intolérance médicamenteuse
          Des douleurs inexpliquées, une éruption cutanée... depuis le début d'une prise d'un médicament?
          Je suis en moyen de tester et d'enlever cette intolérance. La seule chose dont j'ai besoin, c'est du médicament (pas l'ordonnance).

         C'est aussi toujours très bien de venir en préventif, tester les médicaments, vaccins, métaux lourds, compléments alimentaires... qui même pris des années auparavant, peuvent toujours bloquer le foie dans son énergie, ce qui se traduira par des tensions du péritoine adjacent, d'où une irrigation ralentie qui se répercutera dans tout le corps.




Comment fabriquer votre échantillon

    J'ai besoin de poser l'élément à tester sur votre peau, ou plus précisément dans votre champ électromagnétique. Or, ce dernier étant très fin, si l'épaisseur du contenant utilisé prend toute l'épaisseur du champ électromagnétique, mes tests seront faussés car la molécule à tester restera à l'extérieur. Il est donc impératif de n'utiliser que des sacs plastiques ou sacs de congélation pour contenir vos échantillons.

    Pour un médicament solide: le mettre simplement dans un sac de congélation.
    Pour du liquide: en mettre sur un tout petit bout de sopalin, et le tout dans un sac de congélation.
    Pour un médicament à inhaler (ventoline...): le vaporiser une à plusieurs fois sur du sopalin, et bien fermer le sac de congélation.

    Il est important de ne mettre qu'un seul médicament par sac , car j'aurai besoin de tester tous les médicaments séparément, puis ensemble.






Exemples de cas réels


Voici quelques exemples vécus en cabinet pour une meilleure compréhension.


  • Jeune femme de 26 ans, atteinte de Sclérose en Plaque, consulte pour des douleurs abdominales quotidiennes depuis 6 mois. Cette durée correspond au début de prise d'un nouveau médicament prototype.
    Premier traitement en ostéopathie car rien trouvé en blocage énergétique sur les différents organes abdominaux. Cependant, ce n'est pas parce qu'un organe n'est pas bloqué, qu'il n'est pas déjà irrité pas une molécule, ce qui le conduira à un blocage ultérieur de l'organe (cf rubrique Désengrammation-explication approfondie).
    Je lui demande de me ramener son médicament qu'elle suspecte, à la prochaine séance.

      2ème séance: je trouve un blocage sur le médicament, et désengramme celui-ci.

      3ème séance: douleurs disparues dès le lendemain de la dernière séance. Je fini de désengrammer le médicament.

    Ai revu la patiente quelques années après: les douleurs ne sont jamais revenues.